EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Conneries / Société - Décembre 2009

Max Gallo interdit de stade

L'affaire de la main de Thierry Henry, qui a permis la sélection de l'équipe de France pour la coupe du monde de football 2010 en Afrique du sud, était au programme de l'émission du dimanche matin de France Culture, « L'esprit public »du 29 novembre 2009 (émission qui avait déjà fait parler d'elle sur Exergue, voir « Le pape, le préservatif, et Philippe Meyer »).

L'académicien Max Gallo, un des piliers, décidément de plus en plus vermoulu, de cette émission, s'est livré à un délire digne d'un hooligan raciste transalpin, sous couvert de son érudition nouvellement académicienne. Les autres participants n'y ont vu que du feu ou se sont écrasés lamentablement comme la dernière fois. J'ai déjà eu l'occasion de souligner les conséquences douteuses des excès de politesse mondaine, qui tournent régulièrement à la collusion ou la lâcheté [1].

Alors que les autres invités de l'émission glosaient comme d'hab sur le mode d'un café du commerce culturel, l'imposteur, qui a posé son trou du cul (ou le trou du cul qui a posé son postérieur) sur le siège de Jean-François Revel, a donc déclaré :

« Le football est une métaphore de l'humanité. Imposer aux hommes de ne pas jouer avec les mains, c'est une construction intellectuelle féroce. Et c'est pour ça aussi que 'la main' est une trahison de l'éthique de football, qui est un jeu qui ne se joue qu'avec les pieds. Je me prive des éléments les plus habiles de mon corps pour pratiquer un jeu intellectualisé. Brusquement, la main nous ramène à l'état du singe. »

La divagation républicaniste de Gallo confond déjà l'humanité avec la loi, et la loi avec les règles du jeu, alors même que ses interlocuteurs venaient de discourir à n'en plus finir sur la tricherie consubstantielle au foot. Notre gallomaniaque identitaire ne s'arrête pas à ces subtilités laxistes de grands civilisés. Il venait d'ailleurs juste de considérer le football comme un moyen de normaliser les barbares des banlieues, décidément inassimilables. Ce doit être génétique. Nous avons déjà vu que les érudits aiment à évoquer « la démocratie des orangs-outans » dès qu'ils parlent des Négros [2].

C'était la contribution de (feu) l'Académie française au débat sur l'identité nationale. On peut avoir ainsi la confirmation que c'est bien pour cela que Max « le ferrailleur » Gallo a été élu à cette ignoble assemblée (voir « L'Académie mise à nu »).

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. voir « Le pape, le préservatif, et Philippe Meyer », avec plus ou moins les mêmes protagonistes, ou la fameuse affaire Milner/Bourdieu (in « Finkielkraut le Maudit (la scoumoune) »). [Retour]

2. « Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit public à l'Université Rennes-I, dans un entretien à l'Observatoire du communautarisme, peut ainsi pontifier [...] en s'abritant derrière Renan [...] : « La discrimination positive marque le retour au droit des orangs-outans ». Certains ne se trompent pas d'acception qui illustrent leur article de jolies images [de l'animal en question] » (in « R.A.S. »). [Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts