EXERGUE
Depuis 2005
RSS

turquie-europe Mai-Juin 2007

Brèves

Europe - Juin 2007

La Turquie bientôt dans l'Union européenne

Au cours d'une émission matinale de France culture, Alain Lamassoure s'est vanté d'avoir convaincu Philippe de Villiers que les contrôles à la frontière espagnole n'étaient plus possibles du fait de l'augmentation du trafic. Or, les échanges avec la Turquie sont bien plus importants qu'avec beaucoup de pays de l'Union européenne, les pays baltes, les pays scandinaves, ou même... la Grèce.

Il est donc incompréhensible qu'il s'oppose lui-même à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. Comme il est au moins aussi intelligent que Philippe de Villiers, je ne doute pas qu'il sera convaincu par cet argument et qu'il militera dorénavant pour l'entrée de la Turquie dans l'Union. Et comme tous les députés européens sont également intelligents, je ne vois donc pas de raison de retarder davantage cette intégration.

Culture / Société - Mai 2007

L'Académie mise à nu

Comme il fallait boucher un des quelques trous dus aux décès récents, Max Gallo a été élu à l'Académie française le 31 mai 2007, au siège de Jean-François Revel. Ce n'est pas la première fois qu'un auteur médiocre (mais prolifique) entrera dans cette assemblée. Pourtant, le niveau était plutôt à la hausse ces derniers temps.

La rumeur raconte qu'Amin Maalouf, auteur libanais pressenti dernièrement, avait été éliminé parce qu'il avait signé un « manifeste pour la 'littérature monde' en français ». Ce manifeste, appelant à la « fin de la francophonie » s'opposait en fait simplement à la classification éditoriale de « francophonie » qui avait tendance à cantonner cette littérature à une sorte de régionalisme, par opposition à la littérature française tout court [1] (on pense à la fameuse blague de Coluche : « Blanc, normal »).

Max Gallo, au contraire, avait déclaré, à l'occasion d'une interview sur un de ses nombreux livres sur Napoléon, qu'il se demandait si le rétablissement de l'esclavage était vraiment si grave, avant de se rétracter et de rappeler sa rétractation depuis à chaque occasion (voir Les bienfaits de la colonisation). Mais cet ardent républicaniste se répand depuis dans les médias, sur le mode du rejet de la repentance à l'égard de la colonisation, qui est très à la mode en ce moment. Évidemment, ce rejet de la repentance se targue de combattre la pensée unique en devenant une rengaine. Ce procédé est une nouvelle figure de rhétorique (un « gallicisme » peut-être) qui mérite bien l'octroi d'un siège à l'Académie française à un de ses vulgarisateurs.

Bref, à cette occasion, l'Académie française s'est déshonorée. Les seuls intérêts qu'on pouvait lui trouver, celui de consacrer un auteur ou un personnage respecté, celui d'accorder un asile à un auteur délaissé, ou celui de permettre à d'autres (presque trop facilement) de ne pas vouloir y entrer, laissent place au dégoût. La mesure qui s'impose aujourd'hui est sa suppression (pour permettre à l'État de réaliser des économies) et l'arasement de son siège pour construire une tour d'appartements de luxe (toujours pour colmater les finances de l'État). Delenda est Mazarini.

Culture / Société - Juin 2007

Affaire Koltès

La Comédie française a gagné son procès (le 20 juin 2007) contre François Koltès qui, en tant qu'ayant droit, tentait de faire respecter la volonté de son frère. L'auteur Bernard-Marie Koltès (décédé en 1989), exigeait en effet que les rôles d'Arabes ou de Noirs ne soient pas joués par des Blancs. Tarif : 20.000 euros de réparation et 10.000 euros de frais d'avocats à la charge de l'ayant droit. L'administratrice de la Comédie française (sic) avait même déclaré qu'« engager un comédien arabe justement pour jouer un rôle d'Arabe serait une démarche douteuse, presque discriminatoire, et contraire à l'esprit de Koltès ».

Il est donc démontré que les comédiens blancs prennent le travail des Arabes et des Noirs. C'est donc pour cela qu'il y en a si peu dans le théâtre et le cinéma français. Mais ce n'était peut-être pas la peine, même si c'est à la mode, d'accuser en plus les indigènes de racisme anti-Français victimaire communautariste. L'inquiétude habituelle pour le respect des droits d'auteur s'arrête où commence le rejet de la repentance.

Médias - Mai 2007

La vérité est ailleurs

L'abstention de Cécilia Sarkozy le 6 mai 2007, le jour du second tour de l'élection présidentielle, a été censurée par la direction du Journal du dimanche. Un journaliste avait consulté les listes d'émargement, qui sont publiques. Mais la rédaction en chef de ce journal a estimé que cette information concernait la vie privée. Pourtant, les journalistes sont les premiers à argumenter hypocritement sur le fait que l'image des hommes publics (dont fait partie leur famille) est du domaine public, spécialement quand ils se mettent eux-mêmes en scène. On a donc évoqué l'autocensure ou la lâcheté des journalistes, l'influence du propriétaire (ami personnel des Sarkozy), ou le contrôle des médias par le nouveau pouvoir.

Mais on a oublié un détail plus important. Depuis toujours, la télévision nous montrait les candidats déposant leur bulletin dans l'urne, généralement en famille, avec un arrêt sur image pour la photo. On imaginait évidemment que les candidats votaient pour eux-mêmes. Et on pouvait penser que c'était aussi le cas de leur femme ou leur mari qui les accompagnaient. Cette affaire nous rappelle opportunément que ce n'est pas forcément le cas.

Et surtout, cela révèle sur la presse une autre vérité aveuglante. Évidemment, montrer des candidats en train de voter n'avait aucun intérêt. Et cette fois, alors qu'il y avait une information nouvelle, c'est-à-dire une information tout court, non seulement personne ne l'avait signalé, mais en plus elle a été censurée au nom du respect de la vie privée ! On va finir par penser que ce qu'on ne nous montre pas est plus important que ce qu'on nous montre. Et pour une fois qu'un journaliste se livrait à une enquête minimale (il fallait y penser tout de même), on peut constater qu'il n'a pas été récompensé pour son initiative. C'est à vous dégoûter de faire sérieusement son travail. Pourquoi sortir de la routine quand on peut cultiver les marronniers [2] ?

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. Mais on peut opposer à ce manifeste que c'est juste une facilité de classification pour les libraires. Voire même qu'il s'agit au contraire d'un plus pour ceux qui sont attirés vers l'exotisme, ou ceux qui sont précisément rétifs au parisianisme de la littérature française actuelle. [Retour]

2. Il reste tant de sujets si intéressants à traiter : les départs en vacances, les francs-maçons, la hausse de l'immobilier, les incendies de l'été, la sécheresse, la rentrée scolaire, les soldes,... ou les candidats qui déposent leur bulletin dans l'urne (on risque quand même de ricaner un peu la prochaine fois). [Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Sciences
Histoire
Humour
Reportages
Linguistique
Philosophie
Politique
Racismes
Femmes
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Autres livres sur les discriminations
AccueilBall© 2005- Ball Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts