EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Brèves - Janvier 2008

Hygiénisme / Parrainage d'enfants juifs déportés / Arche de Zoé (suite 1)

Société - Janvier 2008

Hygiénisme

À l'occasion de la nouvelle interdiction de fumer dans les bars et les restaurants à partir du 1er janvier 2008, Nicolas Chevassus-au-Louis, dans Libération du 11 décembre 2007, a produit un excellent rappel de « Quand le tabac ne tuait pas ».

C'est dans les années 50 que des études ont montré pour la première fois qu'il existait une corrélation entre le tabac et le cancer du poumon. Cette nouvelle a été accueillie avec scepticisme, et l'industrie du tabac, comme on le sait, a organisé la contre-attaque à coup d'études bidons par des scientifiques achetés. La France, malgré des études datant de 1958 et aboutissant aux mêmes résultats, ne commencera à prendre des mesures antitabac qu'en 1976. Dans un sens, les fumeurs n'ont donc pas à se plaindre puisqu'on leur a accordé 22 ans supplémentaires.

Mais, l'auteur de l'article indique incidemment un élément qui peut expliquer la bonne conscience des fumeurs : « Cinq ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, chacun se souvient que Hitler interdisait de fumer en sa présence et avait envisagé d'interdire la cigarette dans la Wehrmacht ». Voilà donc pourquoi l'hygiénisme avait si mauvaise réputation ! Les fumeurs en ont conclu que puisque Hitler était hygiéniste, l'hygiénisme était donc nazi. C'est donc une preuve supplémentaire que la cigarette est très dangereuse. Elle a aussi des effets sur le cerveau.

Politique - Janvier 2008

Parrainage d'enfants juifs déportés

Nicolas Sarkozy a fait sensation, au dîner du CRIF, quand il a proposé le parrainage d'un enfant juif mort en déportation pendant la Seconde Guerre mondiale par chaque enfant de 10 à 12 ans des écoles françaises.

Nombreux sont ceux qui y ont vu du clientélisme, et qui ont considéré cette initiative comme difficile à mettre en oeuvre sur le plan pratique ou comme une nouvelle ingérence du gouvernement dans les programmes scolaires. La question s'est surtout posée de la possibilité de traumatisme des enfants les plus sensibles. Ce n'est pas sans risque de faire porter le fardeau d'un enfant mort à des enfants d'une dizaine d'années.

Outre les possibilités tout aussi fréquentes de devoir absolument trouver quelque chose à reprocher aux (trop) nombreuses initiatives du président, la véritable limite consiste surtout dans la méthode. Nicolas Sarkozy veut un peu trop tout faire lui-même, et imposer ce qu'il pense être bon à tout le monde. Spécialement dans le domaine scolaire, cela rappelle un peu trop la centralisation des programmes du passé. Il faut laisser un peu plus de liberté et de responsabilité pédagogique aux professeurs.

Pour ce cas précis, il semble justement que cette initiative est celle qu'à prise un professeur particulier dans une classe. Il n'est évidemment pas nécessaire de vouloir absolument la généraliser. Par contre, il aurait pu très bien rapporter cette expérience au cours de ce dîner, comme on la lui a rapportée, au titre de la sensibilité des Français à cette question, puisque la communauté juive s'inquiète de l'antisémitisme. Sur le plan pratique, d'autres professeurs peuvent s'en inspirer, sur ce point ou sur un autre. Ce n'est pas la peine de l'imposer à tout le monde, car même certains professeurs pourraient ne pas s'en sentir capables.

Cette approche non-directive permet de montrer les initiatives que prennent les professeurs, quand ils ont une certaine autonomie. Mais il est vrai qu'il s'agit d'une application d'une pédagogie soixante-huitarde, alors que la méthode sarkoziste correspond au mieux au centralisme républicain (pour ne pas dire démocratique).

Une méthode plus libérale consisterait, sur le même sujet, à faire plutôt écouter la chanson « Comme toi » de Jean-Jacques Goldman (1982), autre initiative privée, a valeur littéraire. Car faire pratiquer aux enfants de 10-12 ans un travail sur archives me paraît aussi un peu prématuré. Spécialement quand on affirmait vouloir, peu de temps auparavant, leur faire travailler les fondamentaux.

Conneries - Janvier 2008

Arche de Zoé (suite 1)

27 décembre 2007. Dans l'affaire de la tentative d'enlèvement d'enfants du Darfour pour adoption humanitaire, l'avocat des membres de l'association Arche de Zoé s'est montré plus que condescendant envers la justice tchadienne. Tout fier face au journaliste de télévision qui l'interrogeait, il a déclaré avoir fait la leçon au procureur local, lui faisant admettre que tous les accusés n'avaient pas le même degré de culpabilité, contrairement aux réquisitions.

Mais dans ce cas, pourquoi a-t-il demandé la même relaxe pour tous les prévenus au lieu de plaider coupable pour certains ? Apparemment, la logique occidentale est au moins aussi variable que la logique africaine, à moins que la mauvaise foi soit universellement propre à la tribu des juristes.

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts