EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Solidarité / Conneries - Octobre 2007

Arche de Zoé : Paradoxes humanitaires

L'affaire de « L'arche de Zoé », association voulant sauver des prétendus orphelins du Darfour, montre les paradoxes de l'humanitaire. Comme le disait une publicité pour une de ces organisations, affichant une photo d'enfant famélique : « On ne pourra dire qu'on ne savait pas ! », en jouant évidemment sur l'allusion au génocide nazi. Pourtant, cette affaire est le meilleur exemple qu'on peut savoir et ne pas savoir ce qu'il faut faire pour remédier à une situation qu'on déplore. On croit bien faire, et on fait des conneries.

Le projet d'enlèvement d'enfant à la barbe des autorités tchadienne relève, au mieux, d'une attitude irrespectueuse envers la souveraineté d'un pays qui accueille bel et bien les réfugiés du Darfour voisin. Cette affaire pue la condescendance envers les Africains ou envers les pauvres, qui sont censés, les uns et les autres, ne pas bien s'occuper de leurs enfants. On se demande parfois ce qui passait dans la tête des dames patronnesses du XIXe siècle qui « avaient leurs pauvres ». Ce n'est plus la peine. Les dames patronnesses, c'est nous. Elles croyaient bien faire, nous aussi. Or, il semblerait, contrairement à une littérature d'Épinal (qui pourrait se réduire à de la propagande), que les structures familiales africaines traditionnelles prennent en charge les orphelins dans des cas évoqués par cette affaire. Ce qui demande évidemment à être confirmé par des observations, pour ne pas tomber dans une autre idéalisation.

La position officielle du gouvernement tchadien, qui considère très juridiquement qu'il s'agit d'une tentative d'enlèvement ne peut pas être contestée. Même si une possibilité de sortie humanitaire avait été envisageable, elle aurait concerné des blessés graves. Les autres pouvant être traités sur place. D'ailleurs, il aurait été plus intelligent d'apporter des équipements médicaux, plutôt que de prétendre soigner en France des enfants qui n'en avaient pas besoin. Offrir des enfants à l'adoption, sur le même principe, aurait exigé de respecter les conditions normales, au lieu de se servir, sans aucun égard pour les institutions locales. Le fait que ces enfants n'étaient, semble-t-il, pas orphelins, valide précisément les procédures habituelles en matière d'adoption, au moins comme garde-fous.

Mais il ne faut pas non plus être injuste. Parce que, nous le savons tous, à la fin, ce qui reste est toujours le juste et l'injuste. Si un trafic d'enfant est toujours possible (on ne peut pas forcément dire que certains n'utilisent pas des raisons humanitaires pour s'y livrer), il ne me paraît pas exact de dire que les personnes engagées dans cette affaire avaient cette intention. La publicité de cette opération humanitaire (le gouvernement français étant averti qu'elle allait avoir lieu) garantit que cette bonne foi est au moins le cadre général. Le problème est davantage celui des associations, qui dépendent un peu trop de bonnes volontés, forcément volontaristes, et souvent exaltées. Ce recours à la stratégie associative est la preuve de la dérive que provoque la démission de l'État. Et cela devient le mode d'action des états eux-mêmes (un équivalent est le recours à des armées de mercenaires dans le conflit irakien). Cette opération rocambolesque peut surtout se réduire à un coup médiatique. Ce qu'elle aurait été en cas de succès, dans la concurrence que se livrent ces associations pour conquérir une légitimité.

Il existe, cependant, un élément qui plaide en faveur de la bonne foi des personnes qui voulaient accueillir les enfants en question. Car en France, en ce moment, règne une forme de racisme, spécialement à l'égard des Noirs, qui fait penser que des gens qui voulaient en accueillir avaient de véritables bonnes intentions en opposition consciente avec la tendance dominante [la presse s'est fait l'écho de la lucidité d'une famille de candidats à l'adoption à l'égard de ce phénomène]. Il serait absurde de ne pas leur en faire crédit.

Si l'Afrique noire bénéficiait d'une sympathie historique en France, en particulier sur le plan humanitaire, et surtout, bien sûr, pour les enfants, ce n'est plus le cas. Cette réalité a même été soulignée par le candidat à la présidentielle, François Bayrou, au cours de la campagne (remarquant la disparition du cliché humanitaire des petits Noirs, et même son antithèse dans le discours raciste ambiant). Il s'est même produit un cas intéressant, quand la critique de cinéma Elisabeth Quin, qui a adopté un petit asiatique, a répondu à la question : « Pourquoi pas un petit Africain ? », quelque chose comme : « Je ne pourrais pas », ou « C'est au dessus de mes forces ! », au cours d'une interview. Sa seule excuse, comme je suis également cinéphile depuis longtemps, est que le cinéma asiatique est à la mode, et fortement valorisé, alors que le cinéma africain est un peu négligé en France ces derniers temps, contrairement à certaines oeuvres prometteuses des années 70. Cette réalité a sans aucun doute joué comme facteur. Mais la question aussi était très douteuse.

Il est possible que les Tchadiens, qui se sont fortement scandalisés de cette tentative d'enlèvement, ne soient pas assez conscients de cette nouvelle situation. Elle est peut-être mal appréciée depuis l'Afrique. En tout état de cause, la persistance d'une solidarité avec l'Afrique, et la volonté assumée d'accueillir un enfant africain doivent être considérées comme de véritables éléments à décharge en faveur des personnes accusées. Ne pas le prendre en compte serait d'ailleurs perçu comme une injustice par une grande partie de l'opinion française qui pense que cette organisation humanitaire est de bonne foi, mais irresponsable.

Soyons en sûrs, ceux qui, en France, approuveraient la sanction la plus sévère ne seraient malheureusement pas des personnes préoccupées des bonnes relations avec le Tchad, sa souveraineté ou son intérêt, mais des racistes qui seraient trop heureux que des amis des Africains soient punis par des Africains !

Une proposition possible consisterait à profiter de cet épisode pour redéfinir les règles d'adoption éventuelles entre le Tchad et les autres pays du monde (et la France en particulier). Ce serait l'occasion de montrer au monde (et aux racistes) que les pays africains sont des partenaires à part entière dont la souveraineté doit être respectée, et qui sont soucieux d'être partie prenante dans la définition des règles de droit international élaborées en commun.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts