EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Politique - Novembre 2011

Finkielkraut et Perraud filent le parfait amour

Résumé

L'émission linguistique d'antoine Perraud a été détournée par copinage pour parler d'amour éternel avec Alain Finkielkraut sur le dos de La princesse de Clèves.

Le dimanche 20 novembre 2011, dans son émission de France culture « Tire ta langue », Antoine Perraud recevait Alain Finkielkraut. Première anomalie, car Finkielkraut anime une autre émission sur la même radio, tous les samedis. C'est un copinage qu'il est courant de considérer comme limite sur le plan déontologique. Mais comme le bouquin de Finkielkraut, Et si l'amour durait (Stock, 2011), porte sur l'amour, alors que l'émission de Perraud concerne la langue, le conflit d'intérêt se confirme.

Passons aussi sur le cirage de pompe qui glisse sur les positions politiques controversées de Finkielkraut auxquelles est accordée une absolution toute dominicale, mais peu laïque, par la grâce du culte de la littérature (« Les auditeurs de France culture connaissent bien Alain Finkielkraut qui les crispe parfois quand la politique s'en mêle, qui les comble toujours dès qu'il s'agit de littérature »). Dans un article de Médiapart, Perraud s'était montré bien moins magnanime avec Danielle Darrieux qui n'est qu'une actrice. Il n'a pas considéré non plus comme récidive réactionnaire l'émission de Finkielkraut de la veille même qui réinvitait justement le passéiste caricatural Renaud Camus, qui profite aussi d'un rachat par les arts-et-lettres (effectivement impressionnant dans sa déclamation théâtrale, à l'occasion d'une autre émission).

Que vient faire dans une émission linguistique un texte sur l'amour, et un dialogue essentiellement focalisé sur La princesse de Clèves ? Il sera honnêtement reconnu que le roman n'est pas démocratique dans son exaltation d'une société d'ordre devenue l'imaginaire de Finkielkraut. Mais il sera négligé que l'amour idéalisé et sacrificiel se résume plutôt à une profession de foi chrétienne (thème de la fugacité de l'amour des hommes) maquillée en exemplum (fable morale chrétienne). Nous avons vu que certains faux laïques français oublient souvent que le dimanche est une fête religieuse et que leur émission vient justement après la messe sur France culture... et celle de Perraud juste après (n'en demandons pas trop non plus).

Mais je suis injuste. Le rapport à la langue est apparu évident à la lecture d'extraits du roman La princesse de Clèves. La pertinence est simplement une débauche d'imparfaits du subjonctif dépassant la dose prescrite (largement au-delà de la limite légale) que nos deux bovarystes, amoureux de la langue plus que de l'amour, se sont empressés de reproduire dans leurs échanges courtois. Société de cour.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts