EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Société - Juin 2008

Virginité

En mai et juin, nous avons eu droit à un emballement médiatique et politique sur l'affaire de l'annulation d'un mariage pour non-virginité. Je me permets ce raccourci. Le 1er avril 2008, le tribunal de grande instance de Lille a rendu un jugement annulant un mariage à la demande du mari qui avait découvert, juste après son mariage, que sa femme n'était pas vierge. Les époux sont musulmans. L'argument juridique invoqué est le mensonge sur une « qualité essentielle » (article 180 du Code civil : « ...S'il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l'autre époux peut demander la nullité du mariage. ... »). Mais une opposition a eu lieu de la part de la classe politique, de féministes et d'associations comme « Ni putes, ni soumises » sur la base du raccourci ci-dessus.

Les arguties juridiques et politiques ont volé bas de part et d'autre. Car en fait, toute la question est la différence entre cette demande d'annulation et un divorce, puisque l'épouse consent à l'annulation. Certains commentaires sur internet ont même envisagé que les deux époux auraient pu se mettre d'accord sur ce subterfuge pour se marier pour faire plaisir à la famille et se séparer tout de suite. Les opposants à cette annulation admettent évidemment un divorce. Mais ils semblent demander qu'on annule l'annulation. Ce qui nous donne au passage, ironiquement, une version inédite de remariage forcé !

Le scandale repose essentiellement sur une sorte de jeu sur les mots, qui fait semblant de considérer que le jugement a dit que la virginité est essentielle dans le mariage. Ce qui n'est évidemment pas le cas. Le scandale médiatique fait essentiellement référence, d'une part, à une exigence de virginité dans le mariage qui serait celle de l'islam, et que les spécialistes de la question se sont empressés de démentir. Tout le monde connaît d'ailleurs au moins la possibilité offerte dans l'islam, justifié par la polygamie, d'épouser la femme (non vierge donc) d'un parent décédé (dispositif autochtone de sécurité sociale). Et un imam (un peu jésuite) a même précisé qu'il suffisait à l'épouse de ne pas dire qu'elle n'était plus vierge. Comme on connaît également les opérations visant à réparer l'hymen, il faut bien admettre que la possibilité d'absence de virginité chez les femmes musulmanes est un secret de polichinelle. Se scandaliser d'une telle opération chirurgicale exige d'enregistrer cette conséquence (il n'y a pas que les imams qui soient jésuites).

D'autre part, le scandale fait tout aussi essentiellement référence à la crainte que l'islam impose des normes à la législation française, en particulier celles relatives au statut de la femme, comme dans cette affaire. Il va donc falloir toiletter le code civil pour évacuer tous les résidus d'influence chrétienne, à moins d'abandonner les notions de laïcité et de discrimination. Sinon, on va avoir de nombreux procès en perspective. Est-ce que je veux dire qu'il va falloir modifier le droit dans un sens musulman. Il va bien falloir tenir compte de son existence, sinon cela signifie que l'on interdit la pratique de l'islam. Cette prise en compte est d'ailleurs déjà le cas. Comme l'ont noté très justement les défenseurs des animaux (dont Brigitte Bardot), la viande allal (et casher) ne respecte pas les conditions habituelles d'abattage. Et ces exceptions sont bien tolérées.

Il faut d'ailleurs noter qu'au cours de ce même mois de juin 2008, une autre affaire concernant le droit des femmes a défrayé la chronique. Les instances dirigeantes du Grand Orient de France (GO) ont rappelé à l'ordre les loges franc-maçonnes qui avaient initiées des femmes alors que le GO est réservé aux hommes. En 1999, un autre « vénérable » avait été radié par le tribunal maçonnique pour la même raison. Même s'il existe une obédience mixte, le Droit Humain, et une réservé aux femmes, la Grande Loge Féminine de France, le fait est que cette fermeture traditionaliste fait tache. Et n'oublions pas que la religion catholique n'admet toujours pas l'ordination de femmes comme prêtres, sans que la laïcité française si pointilleuse interdise cette dangereuse organisation sexiste qui corrompt les jeunes consciences confiées à l'éducation confessionnelle et néanmoins publique sous contrat. Les traditionalistes existent donc partout (si on en doutait).

Dans le camp juridique, l'argument principal repose sur le fait que le mariage est essentiellement un contrat, et d'autre part, sur le devoir de limitation aux textes juridiques qui peuvent être invoqués en la matière, ce qui est la moindre des choses. La récusation des argumentaires politiques (ou moraux) par les juristes fait la part belle au dénigrement de l'ignorance du droit. Et il est exact que les commentateurs non-spécialistes ou les médias font semblant de croire que ce qu'ils estiment être la justice (et qui n'est souvent que l'opinion) devrait déjà correspondre au droit, alors que précisément, c'est la discussion qui doit permettre de voter de nouvelles lois à appliquer ensuite. Mais on sait également que les arguties juridiques fondées sur les textes existants et leurs interprétations permettent également à peu près tout et n'importe quoi, quand il ne s'agit pas de simple déni de justice.

Car le problème fondamental de tout droit est d'abord, on l'oublie souvent, la question de la légitimité de l'intervention publique dans la sphère privée. Dans cette affaire, le consentement des deux époux à l'annulation du mariage accentuait l'aspect purement civil et contractuel de l'affaire. Les jugements moraux et les demandes de modifier un jugement accepté par les deux parties constituent quand même une ingérence importante de la société. Ceux qui s'inquiètent de l'atteinte « symbolique » aux droits des femmes font une erreur grave. Les intellectuels se servent de ce terme « symbolique » pour justifier leurs propres jugements moraux ou politiques. Ce qui est en jeu est ici précisément la prééminence du jugement social sur la liberté individuelle. Une décision d'annulation serait aussi « symbolique », c'est à dire « le signe » d'un renforcement de l'ordre moral, alors que le jugement n'imposait pas la virginité aux autres femmes. On ne joue pas impunément avec les scandales.

Car après tout, pourquoi ne pas admettre la liberté du mari à considérer la virginité comme une condition à son mariage. Qu'il ait tort ou raison concerne la discussion idéologique. On ne peut quand même pas le contraindre par un jugement à accepter une femme non-vierge. Certains commentateurs ont évoqué l'analogie de l'exigence d'une femme excisée. Cela ne change rien au problème s'il ne fait pas pratiquer l'excision. Evidemment, une femme pourra consentir à être excisée pour se marier. Mais cette décision ne regarde pas vraiment l'opinion publique. C'est si on la contraint que la justice est concernée.

On peut imaginer aussi le cas d'un ou d'une raciste ou antisémite qui découvrirait qu'un parent de son époux ou épouse est noir ou juif. Ou, comme c'est aujourd'hui plus concevable qu'autrefois, d'une découverte que l'époux ou l'épouse est transsexuel. Ce qu'on veut dire est que le racisme ou l'homophobie sont moralement ou même juridiquement condamnables. Mais pourquoi voudrait-on annuler l'annulation du mariage et obliger les époux à divorcer dans les règles, ce qui n'annuleraient ni l'homophobie, ni le racisme. Personne ne semble avoir remarqué qu'un divorce ne supprimera pas l'exigence de virginité, et que cela la consacrerait autant que l'annulation du mariage.

On peut trouver d'autres cas, qui sont autant de problèmes que pourrait avoir à traiter un étudiant de droit. Le problème fondamental restera celui de l'application des textes juridiques en vigueur et non une discussion politique sur le sujet. Mais bien évidemment, la question peut aussi se présenter sous la forme : « Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir trouver pour empêcher ça par une astuce juridique quelconque ? ». Dans le cas cité du racisme ou l'homophobie, la question se pose d'ailleurs de savoir si on admettrait qu'il s'agit d'une qualité essentielle. Dans le cas du racisme, qui est un délit, l'épouse ou l'époux rejeté pourrait théoriquement demander la réparation d'un préjudice.

Mais si dans un cas comme dans l'autre la personne concernée est d'accord pour annuler le mariage, refusant de vivre avec un raciste, homophobe, ou rétrograde, de quel droit l'opinion publique, les associations ou la justice rétabliraient-ils le mariage. Obligerait-on les époux à rester ensemble contre leurs grés ? Ou tout cela n'est-il que du formalisme politique déguisé en formalisme juridique. Et comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire (« Racisme, Antisémitisme, Stéréotypes (R.A.S.) ») : « je pense qu'il existe de meilleurs combats à mener que celui qui exigerait la possibilité d'entrée des Noirs au Ku Klux Klan et des juifs au parti nazi »

Jacques Bolo

Bibliographie

Maata Bagdad S., L'Affaire du Voile Islamique

Fawzia ZOUARI, Le voile islamique

Fariba Adelkhah, La Révolution sous le voile : Femmes islamiques d'Iran

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts