EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Politique - Septembre 2007

Démocratie, Leçon 9 :

Fin de la politique

Je ne vais pas prendre des gants en parlant de « Fin de la politique politicienne ». La politique est toujours politicienne en cela qu'il faut bien qu'une personne soit élue ou assume des décisions. Et je ne parlerai pas non plus « du politique » ou de « politique au sens noble » (MDR !).

Le modèle politicien a atteint ses limites. Les cent jours de Nicolas Sarkozy peuvent être l'occasion d'un bilan. L'originalité du début de son mandat présidentiel a été d'organiser d'emblée une sorte de cohabitation, par absorption d'une partie de l'opposition (jusqu'au parti unique ?). Au point que certains des membres de son camp, et ses soutiens les plus fidèles, ont dû accepter de laisser quelques postes de ministres à leurs anciens adversaires [1]. Ce qui a surtout de fortes conséquences locales puisque les ralliés se retrouvent dans la majorité présidentielle, déstabilisant leurs anciens adversaires locaux qui soutenaient le président.

Cette méthode pourrait ressembler à celles des grands groupes économiques qui font une OPA (plus ou moins hostile) pour absorber la concurrence. Cette tendance au monopole peut s'analyser comme une fin de la politique partisane. La méthode pour mettre fin au règne des partis est originale. Finalement, Sarkozy est bien une sorte de gaulliste... libéral !

La méthode a aussi l'avantage de couper l'herbe sous les pieds de son adversaire de droite, François Bayrou, qui se proposait peu ou prou une stratégie similaire d'union nationale : « prendre les meilleurs de droite, et les meilleurs de gauche ». Et c'est également ce que Royal aurait fait, comme l'avait d'ailleurs fait François Mitterrand. On n'arrive pas au pouvoir sans faire de coalitions (voir « Coalitions et clientélisme »).

Ceux qui regrettent une « vraie gauche » ou une « vraie droite » semblent simplement le bon vieux temps de la guerre froide où les choses semblaient plus simples et plus claires. Mais évidemment, ce n'était pas le cas pour les contemporains. Sans parler des conditions réelles des gens dans les pays soumis aux dictatures communistes, fascistes, à l'apartheid. La vie n'était d'ailleurs ni si simple, ni si amusante dans les fameuses trente glorieuses. On avait tous du travail ? Certainement pas les femmes. Et les emplois en question n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui. Il fallait résoudre les problèmes d'alors : la reconstruction, l'exode rural, la modernisation, la décolonisation, les rapatriés. Ce n'est pas en idéalisant le passé qu'on va parvenir à résoudre les problèmes d'aujourd'hui.

Volontarisme ou principe de réalité ?

Le style présidentiel de Sarkozy consiste également à s'occuper de tout, à court-circuiter le Premier ministre, voire le parlement (toujours un peu godillot). Son volontarisme et son activisme, sa conception de la concertation consistant à décider d'abord, négocier ensuite, puis ne pas en tenir compte, pourraient même inciter à envisager la fin de la démocratie. Faudrait-il aller jusqu'à envisager le rétablissement de la monarchie ? On connaît déjà une forte tendance à la transmission héréditaire du pouvoir dans de nombreux pays (les Kennedy, Bush, Clinton, aux USA, les Kim en Corée du nord, les Bhutto au Pakistan, les Gandhi en Inde...). Cette tendance à la transmission héréditaire est d'ailleurs encore plus vraie à l'échelon local partout dans le monde.

La conception volontariste de Sarkozy, qui assume davantage ses responsabilités, semble ne pas se poser la question du consentement. Cette méthode directive se manifeste d'ailleurs explicitement par l'opposition à l'esprit de Mai 68. Elle ne correspond pas au management actuel des ressources humaines. De Gaulle lui-même parlait de participation. Il a été battu sur ce thème par la droite classique... unie pour l'occasion à la droite libérale-technocratique. Cette configuration politique semble de retour ! La conséquence négative de la perspective autoritaire est de risquer de ne pas encourager l'initiative. Et les désillusions qui en découlent risquent d'inciter à penser qu'il n'existe pas d'alternative. Il est dangereux pour un pays de s'identifier au chef sur le principe du « ça passe ou ça casse ». Si ça casse, ça casse pour tout le monde.

Sarkozy veut « la » réforme. Mais les réformes n'ont jamais cessé. Ce que certains reprochent à la gauche était plutôt de ne pas être assez volontariste de gauche. En clair, de faire trop de réformes « de droite », « libérales », « européennes », « bobo mondialistes », au lieu de faire des réformes « de gauche ». Et c'est aussi pour cela qu'elle a été battue en 2002 comme en 2007. C'était déjà une adaptation à la mondialisation.

Les volontarismes, celui de la « droite décomplexée » comme celui de la « gauche vraiment à gauche », consistent surtout en formules rhétoriques (ou en mesures symboliques) pour marquer les esprits. Mais concrètement, ce qui se dit sur le terrain, ce serait plutôt que « la gauche et la droite, une fois au pouvoir, c'est bonnet blanc, blanc bonnet ». Une réforme symbolique de droite produira les mêmes insatisfactions, car le sens des réalités n'est ni de droite, ni de gauche.

Le président Sarkozy s'oppose donc surtout à l'idée d'impuissance et d'immobilisme, dont il a accusé ses devanciers. Mais confronté aux réalités, il risque de déchanter. Ce n'est pas lui qui va influer sur la hausse des matières premières. Notons au passage que chacun de ses concurrents aurait eu à faire face à la même situation. Une excuse sera donc toute trouvée s'il échoue. Et il n'aura pas tort sur ce point. Mais ce n'est donc pas la peine de prétendre changer ce qui ne dépend pas de lui.

Un des défauts du volontarisme est surtout l'irréalisme, l'idée que la réalité peut se plier à notre volonté et, pour tout dire, que l'action relève de la magie (du verbe). Les réformes sont nécessaires et elles ont toujours lieu – ne serait que pour présenter de bons résultats aux prochaines élections. Mais quand elles échouent ou sont insuffisantes, les hommes politiques ont tendance à accuser les électeurs (éventuellement en concédant, comme les socialistes, ne pas avoir su « expliquer [leur] politique »).

Mais la véritable question institutionnelle est évidemment celle de la réalité de cette démocratie. La politique représentative, politicienne, qui sert de référence, est déjà contestée. Les véritables options ou décisions sont bel et bien définies par les experts ou les lobbies, c'est-à-dire classiquement par les technocrates. Les contraintes internationales ne dépendent pas de la volonté d'un seul. Si les réformes que veut imposer Sarkozy consistent dans l'adaptation de la France aux réalités internationales, cela réduit beaucoup la prétention du volontarisme.

Cirque médiatique

La fin des idéologies a une conséquence. Comme la réalité économique, les idées ne sont ni de droite, ni de gauche, elles sont juste vraies ou fausses. La conséquence intéressante est qu'on peut se les approprier quand on est au pouvoir. C'est le principe de récupération. En fait, toute bonne idée est applicable par n'importe quel parti. La rhétorique de l'affrontement, sur le mode de la rupture, ne sert qu'à se différencier. C'est du marketing. Et toutes les lessives se valent plus ou moins.

La difficulté pour les hommes politiques est de passer son temps à se recentrer pour être élu et à se radicaliser pour mobiliser ses troupes. On conçoit qu'il soit vraiment difficile d'être élu en déclarant qu'on fera comme tout le monde, et spécialement comme l'autre en face. Ce qu'on fera pourtant.

Certes, les politiciens sont bien aidés par les journalistes qui essayent de poser des questions qui fâchent, préparées à l'avance, pour essayer de montrer leur indépendance. Il faudrait en déduire que les journalistes ne sont pas d'un bord ou de l'autre. Mais eux-mêmes finissent souvent par se présenter aux élections. Ce qui serait une situation de concurrence déloyale envers les politiques du fait de leur maîtrise de la communication... si les autres hommes politiques n'étaient pas eux aussi des hommes de communication. La véritable concurrence déloyale est plutôt que ces derniers ne deviennent pas journalistes quand ils échouent aux élections.

La conséquence de la tendance au parti unique par absorption de l'opposition, malgré l'avantage réel d'organiser la récupération, a cependant l'inconvénient de confiner les médias dans le rôle de propagandistes. C'est sans doute ce qu'il faut comprendre par la dénonciation de la pensée unique. Les « non » au référendum européen marquent une résistance. Mais il n'y a pas de plan B. D'ailleurs, si toute opposition a vocation à être absorbée, le meilleur moyen d'arriver au pouvoir sera de faire mine de s'opposer.

Réforme institutionnelle ?

Une solution formelle cohérente serait donc l'inscription du consensus politique dans une procédure institutionnelle. Cette idée soulève l'objection du risque d'immobilisme, comme on le dit à propos de la règle de l'unanimité dans l'Union européenne. La solution proposée est alors la règle de la majorité simple ou celle de projets particuliers auxquels ne participeraient que les pays qui le souhaitent. Mais la méthode de la majorité risque simplement de mécontenter tout le monde à tour de rôle. Et les projets particuliers s'ils sont nombreux, risquent de compliquer le système encore plus.

La démocratie participative proposée par Ségolène Royal correspondait bien à une solution institutionnelle à la crise de la représentation politique. Elle n'a pas vraiment convaincu. Une démocratie représentative renouvelée devrait consister à institutionnaliser la nouvelle réalité non partisane. Un moyen pourrait consister à voter à une majorité qualifiée (des 2/3 par exemple) les priorités et l'ordre du jour. L'idée que les lois se votent à la majorité simple, spécialement dans un système majoritaire, correspond simplement à la légitimation de l'autocratie. Un tel moyen consensuel obligerait à une meilleure définition des lois ou des projets pour éviter les affrontements stériles.

Le problème est structurel et classique. Les hommes sont finalement interchangeables (selon l'adage qui dit que les cimetières sont pleins de gens qui se croyaient indispensables). Les mesures politiques sont neutres : si une solution est bonne, il suffit de l'appliquer (le marxisme lui-même se prétendait scientifique). Mais face à l'incertain, il faut prendre des décisions incertaines. Il faut alors en assumer les conséquences. Les sociétés modernes ne doivent pas confondre incertain et arbitraire dans la mesure où l'expertise accumulée est immense.

Mais évidemment, tout cela suppose que l'ouverture (de Sarkozy, de Ségolène ou de Bayrou) ne soit pas seulement une manoeuvre politicienne. Les restes d'arrière-pensées sont toujours présents dans la mesure où il faut toujours désigner tel ou tel – forcément à la place de tel autre. On a vu que la tentative des primaires dans le parti socialiste n'a pas été très convaincante non plus. Les perdants se sont ralliés mollement, d'autres ont tiré à hue et à dia. Mais la réalité est là. Au final, il faut y aller ensemble, que ce soit dans chaque parti, dans un pays, ou, au bout du bout, sur toute la planète. La globalisation est vraiment mondiale. Il va falloir s'y faire.

Jacques Bolo

Bibliographie

Robert de Jouvenel : La République des camarades (1914), ed. Lingua franca, Paris, juin 2008

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. Patrick Devedjian, sans doute déçu de ne pas faire partie du Gouvernement François Fillon en mai 2007, déclarera « Je suis pour un gouvernement d'ouverture, y compris aux sarkozistes, c'est tout dire »[Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts