EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Société - Septembre 2007

Épuration ethnique en Belgique

Crise régionale

La crise en Belgique, entre les Flamands néerlandophones et les Wallons francophones, continue de se creuser en offrant une bonne occasion d'éclaircir la question des tensions identitaires. Le cas belge peut paraître déconcertant. Mais il s'inscrit finalement assez bien dans l'air du temps séparatiste : scission de la Tchécoslovaquie, guerre et partition de la Yougoslavie, Ligue du nord en Italie, Écosse, Pays basque et Catalogne, rien qu'en ce qui concerne l'Europe de l'ouest.

C'est un vieux problème politique. Le modèle universaliste de l'opposition entre le socialisme et le libéralisme a toujours sous-estimé la question nationale. La question de l'impérialisme et du partage du monde avait également masqué le problème. Car l'Empire comme système politique incarne en fait cet universalisme concret qui tolère les particularismes. L'idéologie universaliste française avait dissimulé cette réalité. Mais elle n'avait réalisé concrètement ni l'universalisme, ni le respect des particularités. Encore aujourd'hui, le refus du communautarisme, réputé anglo-saxon, manifeste la persistance de l'illusion jacobine, chez les intellectuels (ou plutôt les idéologues) français.

Il est possible que l'influence française en Belgique ait donc joué un rôle dans la constitution de la fiction de l'unité de la Belgique. Mais ce que nous révèlent les revendications flamandes, est que les Wallons, quand ils étaient au pouvoir, ont longtemps méprisé les néerlandophones qui étaient considérés comme des arriérés. On imagine que l'influence du colonialisme, la Belgique dominait le Congo (ex-Zaïre, ex-Congo Kinshasa, ex-Congo belge) et le Rwanda, a dû contribuer à entretenir cette hiérarchisation des groupes humains.

Hystérie linguistique

La langue flamande a été constamment considérée comme secondaire par les francophones belges. Elle n'a été autorisée en justice qu'en 1873. La première université flamande n'a été accordée qu'en 1932 par les élites belges francophones. Même les élites flamandes parlaient français. Le flamand était donc perçu comme une sorte de patois populaire par cet universalisme français, décidément imperméable à la diversité linguistique. Aujourd'hui, ce sont les Flamands qui refusent de parler le français, en se livrant à des brimades et des vexations linguistiques dans les communes flamandes, même quand les Français y sont majoritaires, comme dans la banlieue de Bruxelles.

Les Flamands refusent de parler le français, mais ils le connaissent. Alors que les francophones ne connaissent généralement pas le flamand. On aboutit cependant à des situations curieuses. Quand on a demandé au Premier ministre belge flamand, Yves Leterne, de chanter l'hymne national, la Brabançonne, il a chanté la Marseillaise, l'hymne français ! Nous pouvons donc, au passage, ramener à ses justes proportions l'exigence de connaître l'hymne national qu'on impose aux immigrés comme preuve d'intégration. Le modèle belge, est décidément primordial pour démasquer les hypocrites xénophobes. Les Flamands feraient bien de retenir la leçon.

Il ne faut cependant pas tout prendre au sérieux. La légende nationaliste flamande rappelle à l'envi ce grief que les soldats flamands sont morts parce qu'ils ne comprenaient pas les ordres de leurs officiers wallons en 1914. Le nationalisme aime à ressortir les cadavres (plus ou moins mythiques) du placard. Dans ma région d'origine, les occitanistes aiment à se croire les descendants des Cathares massacrés par les soldats français de Simon de Monfort (alors qu'ils descendent donc plus probablement des massacreurs). L'hystérie historienne nationaliste s'identifie à la légende, sans les précautions méthodologiques minimales et revivant éternellement le passé : le Sac de Béziers a quand même eu lieu en 1209 ; Les Flamands se rappelleront leur victoire sur les Wallons de 1306 ! Alain Finkielkraut a très bien décrit ce phénomène dans son livre, Le Juif imaginaire,... avant d'y succomber lui-même !

La solution à cette hystérie linguistique est pourtant simple. Si la Belgique veut survivre, il faut que les Wallons prennent la peine d'apprendre le flamand. C'est inévitable, spécialement quand il est question de renaissance culturelle des langues minoritaires (souvent presque complètement disparues). Celles qui sont encore parlées couramment, comme le basque, le catalan, (le corse à la rigueur)... méritent une reconnaissance institutionnelle. La situation du flamand, partagé avec le voisin hollandais et majoritaire en Belgique (6 millions, contre 4 millions pour le français des Wallons) devrait tendre à imposer un bilinguisme réel. La véritable revanche contre le jacobinisme monolingue des francophones serait tout simplement un jacobinisme bilingue !

Racialisme belge ?

La solution raciste qui s'insinue en Belgique montre bien l'absurdité du phénomène raciste en général. J'ai déjà mentionné la possibilité d'y voir une conséquence du colonialisme belge lui-même. Il est bien évident qu'une conséquence de ce colonialisme est précisément la présence d'immigrés africains et de leur rejet par des racistes se dissimulant sous des discours nationalistes flamands.

La situation devient intéressante quand le discours tenu par les Flamands contre les Wallons prend une coloration essentialiste pour décrire les mauvaises performances économiques de cette région anciennement dominante. Dans un sens, ce n'est que justice si l'ancien argument wallon de l'arriération des Flamands se retourne contre eux. On le voit, les riches semblent souvent considérer que c'est la nature des pauvres qui explique leur condition. Car si les libéraux flamands considèrent, comme ils le disent, que c'est l'assistanat socialisant qui est la cause du déclin de la Wallonie, ils devraient donc s'allier avec les libéraux wallons pour faire des réformes libérales. Comme ils s'allient avec les nationalistes flamands, faut-il en déduire qu'ils pensent que le libéralisme est génétique ou même génétiquement culturel ?

Car la crise politique belge est évidemment une crise de négation de la politique par le virus essentialiste. Bien évidemment la partition de la Belgique (ou de tout autre pays d'Europe), ne ferait que réduire au sous-ensemble le traitement des questions qui se posent (outre les problèmes particuliers, comme le cas de Bruxelles, majoritairement francophone, mais enclavée en Flandre). La régionalisation peut être une solution. Mais l'ouverture et la supranationalité européenne sont aussi une solution qui prépare à affronter la mondialisation.

Dans le cas des Wallons, l'apprentissage du flamand leur ouvrirait le marché hollandais. D'ailleurs, c'est peut-être ce qui explique les meilleures performances économiques de la Flandre. Surtout si on considère que la Hollande est dynamique et que la région française contiguë à la Wallonie est, elle aussi, sinistrée économiquement. Un petit effort, amis Wallons, pour « une fois ».

Jacques Bolo

Bibliographie

Jacques DARRAS, Moi, j'aime la Belgique!

Luc BEYER RYKE, La Belgique en sursis

Paul STRUYE, Guillaume JACQUEMYNS, La Belgique sous l'occupation allemande (1940-1944)

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts