EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Économie / Politique - Février 2012

Copé pour les 35 heures !

Résumé

Finalement, Copé et la droite en viennent à la solution allemande du partage du travail. Mais on doit pouvoir innover un peu, grâce au génie français.

Jean-François Copé nous avait « Promis, j'arrête la langue de bois » (2006), selon le titre d'un de ses livres. Il vient pourtant de nous faire une jolie prestation, dimanche 15 janvier 2012, sur France Culture, dans l'émission Radio France Politique. Mais il faut le comprendre, il est obligé de coacher l'UMP qui commence à s'agiter en ménageant la chèvre et le chou (pas de noms !). Il doit soutenir la réélection d'un président en chute de popularité, qui ne s'est pas encore déclaré candidat. Le gouvernement est en panne de réponse à la situation économique catastrophique à trois mois des élections. En même temps, Copé pense aux présidentielles de 2017, et doit se demander s'il est préférable que son camp perdre en 2012 (et comment y contribuer sans le faire remarquer), où s'il faut emmener les troupes à la victoire pour s'en attribuer le mérite. Ne parlons même pas des affaires, car les boules puantes volent bas en ce moment.

Comme je le disais il y a un an, à propos d'une émission de Ruquier (où, soit dit en passant, j'anticipais le remplacement d'Éric & Éric par une miss - au lieu de deux, j'étais pas loin) : « va-t-il nous refaire le coup des 35 h en 2017, en s'y prenant sept ans à l'avance ? ». Cela m'avait un peu énervé contre lui, très injustement, car je ne suis pas un politique. On s'excite, on s'excite, et on dit des mots qui dépassent notre pensée. On parle de « tête à claques », d'« enfumage ». Mais c'est qu'on ne mesure pas toute la subtilité du personnage qui doit concilier les différentes tendances d'un parti et des électeurs qui veulent tout et le contraire de tout. Je préfère ne pas y penser. Je ne sais pas faire. En fait, je suis incapable d'imaginer quelque chose de ce genre. Simple que je suis !

Bref, au cours de l'émission, il m'a donné la leçon que je méritais et que j'accepte humblement. Je reconnais le maître. Pas le mien. Ce n'est pas mon créneau. On ne peut pas jouer sur tous les tableaux. Mais je sais apprécier le bel ouvrage.

Comme je mentionnais l'expérience allemande de réponse à la crise par le partage du travail et le chômage technique, et que cette idée commence à se répandre chez les journalistes, il a donc été mis devant l'obligation de se contredire ou de persister dans l'erreur. Certes, il reprend encore l'antienne selon laquelle « le travail ne se partage pas », que j'ai fait remonter à Alfred Sauvy et dont j'ai démontré la fausseté (Le retour des 35 heures). Copé doit encore faire des progrès sur le sujet. Mais il a bel et bien reconnu que c'était pourtant le cas. Son astuce a été de dire que la solution n'est pas le chômage partiel, mais le travail partiel. Bien trouvé !

Rien à dire. On va faire comme ça : je dirai mes trucs et Copé traduira « en politique » et tout le monde sera content. Bon. Maintenant, ce n'est pas les 35 h qu'il faudra proposer, mais plutôt les trente ou les vingt-cinq. Copé pourra toujours dire qu'il va plus loin que la gauche (je commence à m'y mettre).

Une proposition concrète qui n'est pas encore dans les tuyaux : comme le principal problème du marché du travail est celui de l'entrée et de la sortie de la vie active, une solution serait de proposer un passage au mi-temps des seniors (pour faire passer la pilule de la prolongation d'activité) qui libérerait des mi-temps pour les jeunes. Je n'en dis pas plus. Je laisse Copé s'occuper des détails.

On fait une bonne équipe.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Livres anciens et de collection sur AbeBooks.fr
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts