EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Relativisme / Société - Juin 2009

La Burqa et la « pression sociale »

Débat spécieux

Je n'espère convaincre personne du droit des musulmanes à porter la burqa. J'ai déjà dit ce que j'avais à dire sur le sujet à propos du voile (voir Antigone). Je ne suis évidemment pas pour le port du voile, mais je suis contre la loi pour l'interdire dans les écoles. Je suis encore moins pour le port de la burqa, mais je suis contre une loi qui interdirait de la porter dans la rue. Je comprends que les personnes qui sont troublées par la nouvelle diffusion de ces pratiques puisque je le suis aussi. D'emblée, le port du voile et de la burqa me révulse, même si on s'habitue à tout. Il faudrait bien s'y faire aussi si on visitait un pays arabe.

Mais les arguments des partisans de l'interdiction me dégoûtent autant. C'est aussi spontané que mon impression face à la burqa, sinon plus, car le dégoût se confirme après réflexion. J'ai sans doute tort sur ce point en cela qu'il ne faut jamais surestimer ses compatriotes – alors qu'on considérerait que la réprobation des musulmans est normale. Ma position philosophique générale est que les choses sont ce qu'elles sont. Chacun pense ce qu'il veut, et surtout ce qu'il peut. Chacun peut dire ce qu'il pense. J'ai fait cette revue pour développer ce que je suis capable de penser.

Évidemment, ma tolérance en faveur du voile ou de la burqa est fondée sur le relativisme culturel [1]. Il est bien évident que le défi que cela représente est celui de la mondialisation généralisée concrète, qui n'est plus seulement théorique ou touristique. Il en découle qu'on ne peut pas exiger que toutes les cultures aient instantanément les mêmes pratiques. S'ajoute bien évidemment l'idée que les comportements occidentaux sont un progrès. Ce avec quoi je suis globalement d'accord, sous certaines réserves, parce que mon relativisme n'exclut pas l'évolutionnisme (voir mon commentaire de Race et Histoire, de Claude Lévi-Strauss).

Dire que les étrangers peuvent se comporter comme ils veulent chez eux, mais doivent se comporter comme les locaux, est de l'ordre de l'hypocrisie qui me dégoûte. Cela revient bien à exiger une uniformisation autoritaire locale des comportements. L'argument selon lequel l'Arabie Saoudite le fait bien, conforte mon opinion selon laquelle ce n'est pas une attitude moderne et démocratique. Mais c'est surtout une maladresse argumentative qui ridiculise ceux qui l'emploient. Cela signifie bien qu'ils veulent que les droits humains soient spécifiques à chaque pays. C'est bien ce que réclament certains qu'on qualifie (à tort) de relativistes. Mais on parle alors de « droit des cultures » contre le « droit des individus ». Or les droits de l'homme concernent les individus. La mondialisation met en présence des individus de cultures différentes. Ceux qui prônent cette exigence de conformité s'opposent précisément à cette mondialisation, pour des raisons de droite ou de gauche.

Pour faire simple, on assiste à un catalogue d'arguments pour et contre. Je suis en général partisan des arguments contre l'interdiction. Je considère que les arguments pour l'interdiction sont spécieux, quand ils ne sont évidemment pas simplement racistes de la part de certains racistes qui utilisent la loi par stratégie. Mais pour les autres qui utilisent les racistes pour faire une majorité, je considère qu'ils ne valent pas mieux [2]. Le port de la burqa, aujourd'hui, n'est pas un délit. Le racisme est un délit. Toute loi qui sera issue d'une telle majorité est un déni de droit.

Mais ces questions formalistes ne sont pas mon sujet. Un des arguments contre la burqa est la pression sociale que subissent les femmes qui la portent. Cet argument joue sur un malentendu. Il semble faire référence à des violences, en évoquant en particulier les cas avérés, en France et surtout dans les pays musulmans, de représailles et de police des moeurs. On mentionne à l'occasion le fait que des femmes aient été vitriolées ou plus généralement agressées. Cela décrit une situation véridique. Mais ce n'est pas le problème. Il ne fait aucun doute que de tels cas existent. Mais les généraliser comme argument constitue évidemment une intimidation, c'est-à-dire une pression psychologique incitant à se soumettre.

L'autre anomalie est que le port du voile et de la burqa est une pratique nouvelle, de la part de femmes ou de jeunes filles qui ne le portaient pas auparavant. Ce qui me semble exiger une autre lecture que la seule référence au traditionalisme.

La « pression sociale »

Mais ce n'est pas de cela qu'il s'agit quand on parle de « pression sociale ». Les violences contre les femmes sont des délits en France. Elles seraient indubitablement jugées comme telles – contrairement au racisme, la plupart des cas. La pression légale s'exerce donc bien contre ceux qui voudraient commettre de tels actes, puisque la répression est connue et serait appliquée, d'autant plus implacablement que ce sont des musulmans – puisqu'on parle bien du monde réel.

Dire qu'« il faut s'assurer que les filles qui portent le voile sont libres de le porter » est une plaisanterie. On ne va pas vérifier en arrêtant sans arrêt les filles qui en portent. À moins évidemment de considérer comme une mesure d'égalité d'arrêter constamment les filles, comme on arrête constamment leurs frères. La conséquence serait plutôt que les femmes en question seraient confinées à la maison ou que les couples retourneraient dans leur pays d'origine. Le « chacun chez soi » est ce que souhaitent certains.

Quand on parle de « pression sociale », on parle au contraire de tous les actes de la vie courante qui exercent une pression sur autrui, la plupart du temps sans même sans rendre compte, et le plus souvent, de façon absolument légitime. D'ailleurs, parler de faire une « loi contraignante » pour combattre une « pression sociale » est une plaisanterie. Une plaisanterie est souvent une contradiction dans les termes mise en lumière de façon plaisante. Quand une contradiction est masquée volontairement, il s'agit plutôt d'une hypocrisie.

Une pression sociale n'est généralement pas violente. Elle se manifeste très simplement dans toutes les formes de désapprobations, parfois muettes, les critiques, les moqueries ou la façon de mentionner ou d'éviter certains sujets. L'idée qu'il puisse ne pas y avoir de pression sociale est une illusion. Le cas le plus simple, et le plus extrême, est simplement l'évitement. Si vos amis vous abandonnent à cause de votre attitude, il s'agit bien évidemment d'une pression sociale. On parle même parfois de « mort sociale » en ethnologie, dans des cas de ce genre. Dans le cas d'un commerçant, en particulier, cela revient à lui retirer sa clientèle, qui aboutit concrètement à la faillite.

Le problème est ici celui des communautés minoritaires. Le fait qu'elles soient minoritaires signifie forcément qu'elles se démarquent sur tel ou tel point. On connaît le cas des musulmans ou des juifs avec le système hallal et casher. Dans les milieux où sévit le communautarisme affiché, on imagine qu'avoir une fille ou un garçon qui se ferait un peu trop remarquer par sa modernité aurait des conséquences. La pression sociale des parents dans les milieux traditionalistes est forcément la norme. Dans ces milieux, on dépend souvent des autres, d'autant plus qu'on constitue une minorité.

La forme extrême de cette violence sociale, la « mort sociale » est bien un « meurtre social » sans aucune violence, et penser l'interdire est une vue de l'esprit. La loi ne va pas obliger les amis et les parents à se fréquenter, à s'aimer, et à maintenir des liens. On ne va pas obliger les clients à fréquenter un commerce. Les commerçants ne diraient pas non.

Affirmer « nos valeurs »

Quand on parle de « valeurs », ce dont on parle est justement la pression sociale. Parler d'affirmer ses valeurs contre les pressions sociales, est une maladresse verbale qui, si elle est prise au mot, atteint le seuil pathologique de la « double contrainte » (style : dire « sois spontané », et reprocher de ne pas l'être si on fait un effort). Ceux qui ne le savent pas ne devraient s'informer sur le sujet. Ceux qui le savent et qui l'ont oublié devraient se ressaisir.

Il est aussi très facile de comprendre ce qu'est une « pression sociale » dans le cas du voile et de la burqa. S'agissant d'un vêtement, l'idée de la mode vient tout de suite à l'esprit. La burqa n'est pas qu'une mode. Mais la mode est bien une pression sociale. Et il est facile de comprendre à son propos le mécanisme qui fait que des personnes participent de façon parfaitement volontaire à cette pression de l'environnement. De nos jours, on parle justement de « fashion victims ». Il s'agit de servitude volontaire. La burqa peut aussi s'apparenter à la mode, sans contrainte extérieure autre que volontaire, sur le plan de l'imitationet surtout de la surenchère. Il existe aussi une possibilité qu'il s'agisse, au moins pour certaines filles, d'une mode passagère, une crise d'adolescence. S'y opposer, en stigmatisant l'islam, risque de reposer sur l'essentialisation d'un phénomène contingent. La relativisation peut être aussi temporelle.

L'ironie de la situation consiste à constater que le cas du voile ou de la burqa concerne l'apparition d'une « mode traditionaliste » qui s'oppose à la « mode moderniste ». La mode moderniste des fashion victims, outre la contrainte, possède le caractère d'une recherche de liberté et de créativité, ou de contestation. Ce sont généralement les traditionalistes occidentaux qui s'opposent à « la mode ». On assiste régulièrement à des tentatives d'imposer une « mode classique », qui correspond au style BCBG, contre les autres mouvements de mode, souvent populaires. Cela peut aller jusqu'à des discussions sur le rétablissement du port de l'uniforme dans les écoles et pourquoi pas le foulard pour les femmes, comme dans le temps, au moins dans les églises. Voir une alliance des modernistes et des traditionalistes sur le sujet est paradoxal.

Dire que les jeunes musulmanes ont le droit de porter des pantalons, devrait rappeler à certains qu'il y a une quarantaine d'années, les jeans étaient interdits dans les écoles. À cette époque, les femmes étaient mal vues si elles portaient des pantalons, quand ce n'était pas simplement interdit, en particulier au travail. L'information selon laquelle les traditionalistes sont devenus soixante-huitards est intéressante. Celle qui veut que certains soixante-huitards soient devenus traditionalistes est plus banale. Ceux qui ressassent que tout est complexe devraient le reconnaître, à propos des musulmans, à charge et à décharge. Sinon, on pourrait croire que la suppression des juges d'instruction qui avaient cette contrainte est déjà passée dans les moeurs, et que le règne des procureurs est arrivé. Je plaisante. Cela a toujours été le cas chez les intellectuels.

La mode a aussi une valeur supplémentaire. Un de ses usages est d'exprimer une opinion politique. Les modes rock, guérillero, rasta, baba cool, BCBG, gothique, constituent des moyens de manifestation d'une opinion politique, ou au moins d'une provocation contre le milieu social. Le port du voile et de la burqa redéfinit la place des femmes et de la religion. Mais elle exprime aussi une opinion politique plus courante qui consiste à exprimer une solidarité communautaire ou politique. On pense évidemment à la cause palestinienne, anti-impérialiste, et plus spécifiquement antiraciste, en ce qui concerne la société française elle-même.

On les sait, depuis les black-panthers ou le black is beautiful, le féminisme, la gay pride, le sionisme, l'affirmation communautaire consiste à ne pas avoir honte de son corps, de sa race (voir Peur des mots), de ses opinions, de sa religion. Par cette tenue, les femmes nous disent : « Je suis musulmane et j'en suis fière », pour ne pas dire « et je vous emmerde ». Et sur ce point, quoiqu'athée, je ne peux que les approuver, dans les deux cas. L'islam n'est pas un délit, le racisme en est un.

Interdire le voile est aussi une position politique qui fait passer la désapprobation d'un comportement du domaine privé au domaine public. Ce qui remet aussi en questions « nos valeurs », telles que définies dans la Charte des Nations Unies. La Déclaration universelle des droits de l'homme du 10 décembre 1948, Article 18, déclare : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites. » Mais on assiste effectivement à une mise en question du droit-de-l'hommisme, ici au nom du féminisme.

Le paradoxe réside dans l'interdiction d'une expression politique et religieuse spécifiquement féminine. Car cela dénie la possibilité aux femmes de s'exprimer, en considérant que ce sont les hommes seuls qui contrôlent leur comportement. On ne conçoit pas qu'elles puissent posséder une autonomie dans ce cas précis : une des raisons est qu'en France, l'autonomie s'est constituée contre la religion. Les hommes ont aussi tendance à porter la barbe et des sortes de djellabas. Or, on ne parle évidemment pas d'interdire aux hommes de porter ce genre de tenues. Sans doute est-ce parce que les hommes sont naturellement plus libres psychologiquement que les femmes quand ils se soumettent à des codes vestimentaires, et qu'ils ne subissent jamais de pression sociale ! Forcément, puisqu'ils sont des hommes, ils sont réputés pouvoir résister à la pression sociale. Ce ne sont pas des gonzesses ! Les protecteurs des femmes sont donc pris en flagrant délit de sexisme.

Cache-sexe

La particularité de cette tenue féminine, énoncée explicitement par les musulmanes et les musulmans, concerne la sexualité et le désir des hommes. Les féministes y voient une répression intolérable et un déni de la sexualité féminine. Ce qui est un point de vue politique particulier, et non « occidental » comme on le dit souvent, car de nombreux Occidentaux ne sont pas favorables à ce genre d'opinion concernant la liberté sexuelle. Le problème concerne plutôt la question des pratiques réelles de part et d'autre. Mais c'est toujours le cas en ce qui concerne la sexualité. Et on peut douter que les traditionalistes chrétiens soient pour la liberté sexuelle, au moins affichée.

Une possibilité existe que, sur la question sexuelle, le voile ou la burqa constituent une réponse conjoncturelle à la condition des musulmans de France. On sait que les musulmans français sont majoritairement plus traditionalistes. De ce fait, ils pourraient se marier plus jeunes. Or, comme le chômage frappe plus durement ces populations, on imagine que l'absence de situation empêche des parents traditionalistes d'accepter les prétendants au projet de fonder une famille. Ce retard au mariage pourrait bien se traduire alors par un refoulement du désir, qu'exprime le discours explicite, ou révélateur, de cette pudeur affichée. Pour les femmes, le voile serait la solution technique disponible dans la boîte à outils communautaire pour dire aux hommes qu'elles patientent, même si ce n'est pas le cas (comme pour la question de la virginité). Et puisqu'il est aussi question de contrainte de la part des hommes mariés, imposer le voile pourrait permettre de ne pas être trop jalousés par ceux qui restent célibataires.

Si on veut absolument faire une interprétation en terme freudien ou en terme de liberté sexuelle, on pourrait plutôt dire que ce sont celles qui ressentent le plus de désir qui le refoulent davantage au moyen de la burqa. Bref, ce sont des salopes. Si cela vient à ce savoir, il pourrait y avoir de la demande et la burqa risquerait de se généraliser en devenant un artifice érotique. Qui a dit que les musulmans n'étaient pas intégrés ? Quoi de plus cornélien que « le désir s'accroît quand l'effet se recule » (Polyeucte, I, 1) ?

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. C'est un stade de l'intelligence, selon Piaget, d'admettre la réversibilité. Le relativisme est un stade de développement moral. [Retour]

2. Sur le même principe, si j'étais le roi des faux-culs un homme politique, je pourrais argumenter que le supplément de tissus utilisé permettrait de sauver ce qui reste de l'industrie textile (je me permets d'avancer cet argument parce que la perte d'influence de ce secteur rend peu probable un complot des deux cents familles pour imposer cette tenue à toutes les Françaises et relancer ainsi les filatures). [Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts