EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Médias - Mars 2009

Audience truquée à Rue89

Quel truquage ?

Augustin Scalbert a fait fort les 10 et 14 février 2009 en rédigeant deux articles intitulés « Comment des sites d'actu truquent leur audience » et « Audience truquée de sites d'actu : les lecteurs pas dupes » sur le site d'info Rue89. Déjà que s'appeler Rue89, ça frise l'imposture... Pourraient pas s'appeler Exergue, comme tout le monde !

On connaissait le trucage des statistiques des débuts de l'Internet, où l'on comptait les « hits [1] » au lieu de compter les « pages vues » ou les « visiteurs », sans parler des astuces pour recharger automatiquement la page plusieurs fois pour incrémenter les compteurs. Mais il n'était pas question de cela dans ces articles. Il s'agissait simplement des renvois, grâce à des liens, d'un site vers un autre (parfois automatiquement, ce qui est un peu biaisé, en effet) par des partenariats ou par regroupement d'audience. Ou encore, il était simplement question d'achats de mots clefs, à Google, par exemple, pour renvoyer sur son site. Depuis quand la publicité est-elle une fraude ? On se croirait revenu au joli temps passé où la réclame était de la concurrence déloyale, et où il fallait attendre le client derrière le comptoir ou sur le pas de la porte. Il y a des cours de marketing qui se perdent !

Tout ça parce que selon le « classement Nielsen », Le Figaro.fr a dépassé Le Monde.fr dans les sites d'information avec 5,7 millions contre 3,8 millions de visiteurs uniques mensuels(chacun étant compté une seule fois par mois). Rue89, serait 21e avec 1 million de visiteurs uniques. Il semblerait que la polémique est née parce que Le Monde devance Le Figaro, alors que les autres méthodes de comptage donnent Le Monde premier. Augustin Scalbert aurait-il décidé de se faire bien voir du Monde pour envisager son transfert au prochain mercato ?

C'est c'lui qui dit qui l'est !

S'il est question d'attirer des lecteurs, tous les journaux ont toujours truqué leur audience. Le journalisme dans son ensemble est une vaste entreprise de truquage. Les scoops plus ou moins bidons, les titres ronflants, les scandales, les moutons à cinq pattes, les couvertures annuelles sur francs-maçons, les guerres, les drames... Il faut bien vendre du papier, Coco ! Au moins ces derniers temps, avec la crise, la fameuse couverture : « Immobilier, c'est le moment d'acheter », va pouvoir se vérifier. Tant pis pour ceux qui y ont cru les années précédentes. C'était subprimes tous les ans. Il fallait bien vendre les pages aux annonceurs pour écouler les invendus de leurs programmes immobiliers.

Internet c'est pareil, il faut bien attirer de l'audience. D'autant que les journaux en ligne sont une relative nouveauté qui n'a pas encore trouvé son rythme de croisière. Et surtout, la nouvelle situation signifie qu'il va y avoir des gagnants et des perdants. Internet constitue un tournant pour la presse. Les particularités du calcul de l'audience sur Internet n'étant pas encore rodées, on peut constater une certaine tendance à l'exagération. Alors que l'audience de la presse française est minable (300 000 à 500 000 lecteurs payants pour les quotidiens), des chiffres de six millions de visiteurs uniques pour Le Figaro, quatre millions pour Le Monde, un million pour Rue89, ça fait rêver. Le calcul de l'OJD donnerait même 40 millions pour Le Monde, 20 millions pour Le Figaro, en visiteurs mensuels (non uniques). D'où la polémique, car les scores étaient plus qu'inversés. Mais est-ce bien réaliste ?

Et si tout cela n'était que du pipeau ? Pourquoi pas deux milliards de visiteurs ? Après tout, puisque c'est gratuit, tout le Monde peut se connecter. Pourtant, Internet permet de vérifier l'audience. Pour le papier, on peut mesurer les ventes, mais on ne mesure pas la lecture, alors que les journaux papier calculent cavalièrement qu'un journal est lu par plusieurs personnes. Avec Internet, au contraire, on peut mesurer exactement le fait qu'un article ait été consulté (même si on ne sait pas vraiment s'il a été lu, mais pour le papier non plus).

Quand on parle de visiteur unique mensuel, j'ai comme un doute. Que quelqu'un ne soit pas compté plusieurs fois dans le mois est peu probable, ne serait-ce que parce qu'il peut se connecter sur plusieurs ordinateurs. J'ai personnellement fait l'expérimentation de rafraîchir une page (touche F5) sur Rue89, en me connectant sur les anciens articles qui ne sont sans doute pas lus au moment où j'exécute cette opération. Le compteur était bel et bien incrémenté d'une unité chaque fois, bien que je sois « unique ». Et plus généralement, si les cookies (témoin de connexion) sont enlevés à la fermeture de l'ordinateur, un lecteur non inscrit est bien comptabilisé chaque jour, s'il revient sur le journal.

Finalement, comme pour les sites qui renvoient des visiteurs, il est bien possible qu'un million de personnes par mois tombent sur Rue89, en cherchant un mot quelconque dans Google – c'est le cas général sur Internet, puisque les liens hypertextes sont la particularité du réseau. Mais cela ne signifie pas qu'il y a un million de lecteurs mensuels, si on appelle « lecteur » quelqu'un qui lit un article, et pas quelqu'un qui voit les gros titres en passant, comme sur les panneaux d'un kiosque.

Justement, nous avons bien une indication. On ne peut pas reprocher à Rue89 de dissimuler son audience, puisque le nombre de visiteurs est indiqué au bas de chaque article. On remarque cependant que ce n'est pas beaucoup : en moyenne de 20.000 à 60.000 visiteurs par article. Et comme il n'y a pas beaucoup d'articles par jour, un visiteur peut plus ou moins tout lire. Il n'y a donc guère plus de 100.000 lecteurs par mois à tout casser, et sans doute pas plus de quelques 40.000 fidèles. Ce qui fait quand même dix à vingt-cinq fois moins que ce dont le classement Nielsen crédite Rue89. Pour Le Monde et Le Figaro, en divisant par dix, on retrouve le chiffre des ventes papier. Et finalement, cela me paraît plus réaliste concernant le niveau intellectuel moyen. Parce que la question n'est pas seulement le prix, mais l'intérêt et la capacité de lecture, ne serait-ce qu'en terme de temps. Les journalistes, qui n'ont que ça à faire, mais qui sont payés pour, s'imaginent-ils que tout le monde est dans leur cas ?

Audience participative

Surtout, Augustin Scalbert n'a pas précisé le véritable moyen actuel d'augmenter l'audience. Ce qu'on appelle le web 2.0 (hors l'aspect technique) est de favoriser la participation. Ce sont ceux qui participent qui reviennent. Ils finissent d'ailleurs par dialoguer entre eux, parfois sans même lire l'article (comme ils l'avouent). Ne parlons même pas de ceux qui sont payés pour faire du buzz ou les militants plus ou moins bénévoles d'un parti ou d'une cause diverse.

Le meilleur moyen pour faire de l'audience, ce sont les articles qui permettent le défoulement des militants, en particulier des racistes, car c'est vraiment ce thème qui est le plus porteur. Il suffit qu'un fait divers concerne un Noir, un Arabe, un juif, pour qu'ils s'en donnent à coeur joie (et même hors de propos d'ailleurs). Et surtout, très souvent, sur des journaux en ligne comme Rue89, les commentaires sont bien plus longs que les articles : dix fois, vingt fois plus longs. Et le moyen de voir les réponses à ses propres commentaires est aussi de rafraîchir la page. Et qui comptabilise l'audience ? Ce sont les sites d'actu, bien sûr !

On peut toujours modérer, voire censurer un commentaire excessif ou illégal. Son auteur est comptabilisé. Et même, il vaut mieux ne pas le censurer trop vite, ni éliminer son auteur (quand une inscription est nécessaire pour pouvoir faire des commentaires, comme sur Rue89ou sur Libération). Car cela suscite des réactions et des débats.

Rappelons que le racisme est un délit, et sa diffusion un délit de presse. On parle de la loi Hadopi pour poursuivre les pirates en les repérant. On tolère le racisme. Et l'audience qui va avec. Et c'est cette fausse audience qu'on vend aux annonceurs.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. Un « hit » est compté chaque fois qu'un fichier est chargé. Mais il peut y avoir beaucoup de fichiers par page, en particulier pour les images, chacune un fichier (pour voir le nombre de fichier, sur Firefox, voir « Outils », puis « Informations sur la page », puis « Médias »). [Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts