EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Sport - Janvier 2009

Va y avoir du sport :

Vendée Globe

La navigatrice Anne Liardet, concurrente du Vendée Globe, a répondu, le 17 janvier 2009 sur Libération.fr, aux internautes qui dénonçaient l'inutilité et le coût de cette course à la voile. On pourrait tout aussi bien demander à quoi sert de poser de telles questions, puisqu'on ne va probablement pas décider d'arrêter cette course en fonction de la réponse. Il s'agit ici d'un exercice rhétorique, comme les sujets philo du baccalauréat. On remarque d'ailleurs que le schéma : « le pour / le contre », décrit bien la réalité des prises de position.

Les commentaires pour ou contre l'utilité se ramènent essentiellement à : la vanité des actions humaines de toute façon ; sur le coût qui pourrait être mieux employé ; la nécessité de faire rêver à des défis symboliques, quoique bien réels et très risqués ; une grosse machine industrialo-médiatique. On a bien là un résumé de la condition humaine, à laquelle s'ajoute le besoin de justifier ses opinions, pour ou contre. On n'est pas très avancé.

Les arguments de la navigatrice ne valent pas mieux. Dire qu'il suffit de zapper est une rigolade. Comment zapper le sport à la télé, connasse ! Et l'argument de poursuivre les progrès de la civilisation de la marine à voile mentionne pourtant bien que les bateaux sont motorisés aujourd'hui. Mais elle discrédite ce progrès en le considérant comme destiné au « commerce ou [à] la guerre » contre le désintéressement de « quelques fêlés pacifiques qui trouvent encore de la poésie dans le chant du vent ». Mort de rire !

À vrai dire, j'avais moi-même pris parti sur cette question, il y a quelques années, à propos de l'omniprésence de Renaud de Kersauson à la télé. En particulier en 1994, il avait fait la course du Trophée Jules Verne contre l'Anglais Peter Blake, la fameuse boucle autour du Pôle sud, et l'Anglais l'avait battu. À l'époque, je m'étais dit que quand on mettait soixante-dix-sept jours (contre soixante-quatorze) pour faire le tour de rien, sur Choucroute garnie (ou quoi que ce soit), et qu'on arrivait deuxième sur deux, ce n'était pas la peine que ce gros con la ramène !

Ce qui me paraît remarquable de bêtise est plutôt que l'argument favorable à l'inutilité (plus qu'au désintéressement – il ne faut pas rêver non plus) est souvent mis au service d'une utilité supérieure, spirituelle ou matérielle. C'est toujours un peu curieux, quoique habituel. Même en argumentant encore des contradictions de la condition humaine, il faudrait apprendre à raisonner. C'est simplement une façon un peu compliquée et faux cul de dire « inutile toi-même ! ».

La réalité de telles courses concerne plutôt le culte de la performance et de la compétition vers le toujours plus. La question n'est évidemment pas celle de la rétribution des performances. On comprend qu'une course récompense le premier, encore qu'on pourrait aussi récompenser la participation en général, ne serait-ce que parce qu'il faut bien des seconds pour qu'il y ait des premiers. À courir tout seul, on gagne à tous les coups. Mais finalement, la compétition permet simplement de mesurer la relativité des performances. Après tout, il existe aussi des courses d'escargots. Comme la casse trop fréquente permet de mettre en évidence que le respect des marges de sécurité a été dépassé. Ce qui devrait valoir élimination, et exclusion d'une course suivante comme sanction minimale.

Mais la véritable question me paraît être la rétribution de la non-participation elle-même. Évidemment, celui qui a une petite automobile fait des économies par rapport à celui qui a un gros 4x4. Celui qui n'a pas de voiture économise davantage. Mais précisément, la question se pose quand même des subventions plus ou moins déguisées à des compétitions comme le Vendée globe que paye forcément tout le monde par la pub ou le temps d'antenne. Comment récompenser ou dédommager ceux qui ne s'intéressent pas à ce genre de manifestations sportives, et qui préféreraient que des gens plus intéressants occupent l'espace médiatique.

On comprend que l'idéologie utilitariste laisse notre navigatrice « neurasthénique », et la « branche moyennement comme perspective ». On reconnaît bien là l'idéologie « anti-utilitariste » de notre temps. L'argument évoqué par les critiques de nourrir ceux qui ont faim et de résoudre les problèmes de monde, plutôt que d'être plus cool à s'éclater en mer pour la gloire (la « gloria vana », comme dit un autre poète), est en effet franchement terre-à-terre (c'est le cas de le dire). C'est même limite vulgaire comme argument. Car tout est une question de priorités.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts