EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Écologie 15.6.2006

Malthusianisme écologique ou démographique ?

Quelle action écologique ?

On peut toujours signer le pacte écologique de Nicolas Hulot. Il incarne bien la généralisation de la conscience écologique dans le grand public : ce n'est pas une récupération médiatique, mais une authentique diffusion de l'intérêt pour l'écologie (chez les personnages médiatiques). Les écologistes ne sont cependant pas vraiment prêts à intégrer cette extension de leur audience. Et ce que suppose ce pacte correspond à cet autre écueil de la conscience écologique qu'est le mode moralisateur. Concrètement, cette idée que nous sommes tous un peu responsable, et que nous pouvons tous faire un petit quelque chose, pour n'être pas complètement fausse, aura surtout deux conséquences désastreuses. D'un côté, les écolos-moralistes tatillons (et n'oublions pas les enfants !) vont nous empoisonner la vie. De l'autre les obsédés de la liberté (partisans de la cigarette, la vitesse, etc.) vont se faire un devoir d'ouvrir leur grande gueule. Voilà deux pollutions de l'environnement et des débats dont on aimerait bien se passer. Nicolas Hulot a ouvert la boîte de Pandore des emmerdeurs.

Ces propositions, classiques chez les écologistes, sont aussi discutables sur leurs principes mêmes. Elles reposent souvent sur le goût, enfantin et infantile, pour les grands chiffres. Il est vrai que si tout le monde donnait un euro à un clochard, il serait milliardaire. Si tout le monde économise un litre d'eau par-ci, un litre d'essence par-là, on obtient effectivement des millions de mètres cube ou de barils. Mais cela ne fait quand même toujours qu'un litre par personne. En fait, cette opération ne marche vraiment que dans un sens, surtout avec l'argent, mais pas pour les clochards. C'est plutôt la situation qui explique les salaires mirifiques des patrons ou des stars de cinéma et de la télévision ! Car si on répartissait ces salaires, cela ne ferait que quelques dizaines d'euros pour chacun [1].

D'autant que quand on connaît vraiment les chiffres de la consommation de l'eau par exemple, on sait que la consommation de l'agriculture est d'environ 68%, celle de l'industrie 8%, et des ménages 24%. Mettons que les foyers économisent 10% de leur consommation, cela fera donc 2,4% d'économie. Allez, économisons 20%, cela fera donc 5% d'économie. Espérons que la facture n'augmentera pas quand même, parce que vraiment, nous aurions un peu l'impression que nos euros iraient toujours dans les poches de certains (voir plus haut).

Ici aussi le zèle écolo est un peu lassant. Un père de famille, de retour de voyage dans un pays du sahel, a déclaré que toute sa famille va désormais économiser l'eau, parce qu'ils se sont rendu compte de ce que c'était de ne pas jouir du confort. Franchement, il faudrait un peu arrêter les conneries. Dans le désert, on n'économise pas le sable, ni la glace au Groenland [2]. Cela ne veut pas dire pour autant qu'on gaspille, mais de là à se priver ! Voilà donc ce que les écologistes enseignent aux enfants ! Certes, ce n'est certainement pas vrai pour tous les domaines de l'écologie, mais c'est un effet constaté de ce discours.

On pourrait aussi relever certains critères qu'on veut imposer. Après une température conseillée de 18° au moment de la première crise du pétrole en 1973, voilà maintenant qu'on peut lire qu'il faudrait se limiter à 16° (et pourquoi pas 14°) : « Le froid, ça conserve ! ». Le froid conserve la viande ou les légumes. Mais sur notre bonne vieille planète Gaïa, les zones tempérées sont beaucoup plus peuplées. Il doit bien y avoir une raison. Et comme il est assez peu probable que nous mutions à court terme, le résultat pourrait bien être une sélection naturelle des plus faibles (ce n'est pas grave, la mort, c'est écologique)... et une croissance de la consommation de protéines animales !

Notons également que Nicolas Hulot, avec ses propositions d'économie d'énergie, demande qu'on privilégie les destinations de proximité pour les voyages. Comme il s'est fait une réputation de globe-trotter professionnel, cette impression de société à deux niveaux de consommation, celui de la jet-set médiatique et celui du reste, semble se confirmer.

Une économie sans calcul

Toutes ces mesures, déjà entachées d'erreurs de méthode, conduisent finalement à un modèle économique global objectivement erroné, au moins à court terme. En effet, toutes les économies sans exception produisent immédiatement une épargne ou un surplus qui seront donc dépensés à leur tour. Ce qui aura été économisé en eau, en essence, en matières premières, en temps, sera donc disponible pour d'autres activités, d'autres consommations, de biens et d'énergie. Mieux, ceux qui économiseront de l'essence, par exemple, provoqueront donc une baisse de la consommation, une baisse des prix, et donc un réajustement à la hausse de la consommation : les 4x4 pourront rouler moins cher !

Comme une baisse du pouvoir d'achat n'est pas un programme politique très populaire, seule la généralisation de taxes écologiques conduira à court terme à un résultat global favorable. Car c'est bien ce résultat de limitation du pouvoir d'achat qui correspond à une baisse de la consommation. Admettons que les pays d'Europe devront moins se limiter que les USA. Mais ils devront se limiter certainement plus que d'autres zones. Ce qui est globalement souhaitable risque de faire grincer des dents.

Le modèle social des écolos, surtout dans sa version grand public, correspond assez bien au modèle des pays pauvres ou à celui d'un passé plus ou moins idéalisé. Ces niveaux sont moins gourmands en énergie et en biens de consommation, mais seulement du fait de situations de pénuries pour le plus grand nombre. Comme la période actuelle est précisément celle où les pays émergents se développent, il ne faut pas trop compter sur leur autolimitation. Il n'est plus question d'exiger des trois-quarts de la planète, et des neuf dixièmes d'un pays, de se contenter de peu pendant que d'autres consomment la majorité des ressources. On ne voit donc pas comment un retour en arrière est possible pour satisfaire ceux qui prennent conscience que le modèle de consommation des plus riches, dans les pays développés, n'est pas généralisable. Or, comme une limitation volontaire est assez peu probable dans les pays riches, on conçoit que le tour d'esprit normatif et moraliste se considère comme la seule solution.

Les économies d'énergie ne relèvent au fond que de la simple bonne gestion. Elles ne feront que contribuer encore davantage à la globalisation, car des coûts inférieurs permettent encore plus de développement. Une amélioration du niveau de vie aura bien lieu à la fois dans les pays développés et dans les pays émergents du simple fait de l'amélioration technologique permanente, de l'accroissement de la productivité et de la diffusion de ces progrès techniques. Les délocalisations accélèrent cette diffusion, surtout du fait des moyens de communication globalisés. Cette situation a deux conséquences principales :

Solution technologique

La première des deux seules solutions alternatives aux problèmes écologiques annoncés n'est pas dans le tempérament écologique dominant. Il s'agit évidemment d'une résolution des crises par les progrès techniques. Cette conception scientiste était la norme dans les années d'après-guerre, jusque vers les années 1970-80 (la fin de l'engouement pour la conquête spatiale ?). Le scientisme continue à régner dans l'industrie et la recherche. Il est même admis par les écologistes quand il s'agit des nouvelles technologies non-polluantes (solaire, éolien, techniques durables en général), mais il rencontre aussi leur résistance dans certains domaines (nucléaire, OGM, nanotechnologies, etc.). Les effets de ces améliorations techniques se poursuivront, comme nous l'avons vu, au moins par diffusion globale. Et n'oublions pas que toute nouvelle invention peut, à tout moment, résoudre tout ou partie des grands problèmes envisagés. Personne ne peut savoir ce qui va se produire.

On soupçonne cependant les écologistes intégristes de ne pas le souhaiter, ce qui les relègue au simple rang de passéistes ou de prophètes de malheur. Mais la population globale, même favorable à l'écologie, ne ferait pas la difficile. Les partisans du nucléaire se sont d'ailleurs emparés du thème du réchauffement climatique (non producteur de gaz à effet de serre), bien que les partisans des OGM aient plus de mal du fait de l'absence d'urgence alimentaire. Les débats et les enjeux (surtout industriels) restent donc ouverts.

Solution démographique

L'autre alternative est la question d'une politique malthusienne sur le plan strictement démographique. Elle n'est plus vraiment à la mode en ces termes. Elle est occultée par les questions climatiques et autres risques majeurs. Pour qui s'intéresse au sort de la planète, elle est pour le moins toujours latente. La question de l'évolution démographique ne peut pas être absente. Si on élimine le cas d'une catastrophe majeure ou définitive, où la question serait définitivement réglée, on va bien devoir envisager l'évolution à la baisse ou à la hausse de la population. Car l'hypothèse de la stabilité paraît totalement gratuite.

Concrètement, alors que les démographes – en prolongeant les courbes – prévoyaient une croissance exponentielle il y a quelques décennies, la tendance est plutôt à la baisse dans les pays développés, au ralentissement dans la plupart des pays émergents, et à la continuation de la hausse dans les pays les plus pauvres. Il s'agit bien ici de baisse de populations globales et non de celle de la natalité ou d'une baisse de l'accroissement. La population a déjà commencé à baisser dans certains pays, et c'est bien la baisse qui va exploser quand les enfants du baby boom vont commencer à décéder à partir de 2015, et ce pendant 30 ans !

La population d'un pays particulier (ou des pays développés dans leur ensemble) peut évidemment augmenter par immigration, mais dans ce cas, c'est donc la population d'un autre pays qui va décroître. Comme la croissance mondiale du niveau de vie va bien se poursuivre, c'est donc ce modèle de la baisse du nombre d'enfant par femme qui devrait avoir tendance à se généraliser.

Il est évidemment possible que le comportement des couples change brusquement pour faire exploser la natalité [3]. Mais ce changement accentuerait précisément les problèmes écologiques ou économiques (en l'absence d'une alternative de résolution – technologique on suppose – des problèmes envisagés).

En outre, l'hypothèse récente d'une possibilité de pandémie mondiale d'une ou plusieurs maladies émergentes renforce encore la probabilité de réduction de la population, qui n'était pas envisagée quand on croyait encore aux conséquences un peu trop optimistes des progrès de la médecine. Ceux qui ne croient pas au progrès en général seraient donc de mauvaise foi s'ils ne croyaient qu'à celui-ci, et les autres se doivent d'enregistrer les restrictions récentes.

Bilan économico-démographique

Si l'on considère les progrès techniques enregistrés depuis 1800, on peut admettre que la situation actuelle serait très enviable pour une personne vivant à la fin du XVIIIe siècle. Car une raison essentielle des problèmes écologiques est bien le passage de la population mondiale d'un milliard à six milliards d'habitants entre les années 1800 et 2000. Concrètement, si la population mondiale était toujours d'un milliard ou deux, les problèmes qui se posent actuellement ne seraient pas si importants (ou ils seraient même bel et bien inexistants) [4]. Il n'y a donc peut-être pas d'autre vrai problème que démographique, puisque tous peuvent être rapportés aux conséquences globales de l'impact moyen par habitant. On peut donc bien agir sur le nombre d'habitants.

On ne peut pas non plus négliger l'importance du facteur démographique dans le développement économique. Pour mémoire, on peut comparer les chiffres de croissance de pays africains avec ou sans augmentation de la population :

Année1983-19842004-2005Croissance 1984 / 2005
PaysPIB (en Milliards de $)Pop.en MillionsPIB par Hab. (en $)PIB (en Milliards de $)Pop. en MillionsPIB par Hab. (en $)a) Par habitantb) PIB seulÉcarts
[b/a]
Mali1,27,715014,413,51.067711%1247%1,75
Maroc16,522,0750136,033,04.121549%824%1,50
Kenya6,619,534048,034,01.412415%724%1,74
France496,055,09.0182118,064,033.094 367%427%1,16

Même si la réalité avait été différente sans croissance de la population, les chiffres des écarts entre la croissance du PIB par habitant et celle du PIB seul donnent une idée de l'incidence de la population sur la croissance (de 50% à 75% en Afrique, seulement 16% en France) [5].

Une solution de stabilisation, puis de réduction importante de la population au cours du siècle en cours, pourrait donc concilier les contraintes écologiques avec le développement des pays émergents et des pays les plus pauvres. On remarque d'ailleurs que même ces derniers ont une belle croissance (2 à 3 fois plus forte que celle de la France) qui tranche avec les discours misérabilistes. L'avantage de cette solution de contrôle des naissances est qu'elle serait réellement durable.

Jacques Bolo

Bibliographie


courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. Peut-être qu'une meilleure répartition distribuerait davantage ces derniers temps, vues les augmentations excessives des salaires des dirigeants. Mais nous n'allons pas être mesquins . Nous les pauvres, savons être grands seigneurs. [Retour]

2. On connaît la fameuse plaisanterie où un technocrate (ou un excellent vendeur), fait importer (ou acheter) du sable aux habitants du Sahara ou de la glace au Groenland. Un écologiste les leur fera économiser. Ce n'est pas mieux. En fait, on peut considérer que la transposition est constitutive d'un test d'intelligence. L'interprétation optimiste du résultat conclura que les écologistes sont donc mûrs pour assumer des responsabilités politiques. Mais ce n'est pas rassurant. [Retour]

3. Objectivement, la raison le plus probable pour que cela se produise serait précisément pour compenser une dépopulation trop forte ou trop brutale en cas de catastrophe sanitaire ou écologique. [Retour]

4. A supposer que les progrès aient eu lieu dans cette nouvelle situation. Mais supposer le contraire signifierait qu'on ne fait du progrès qu'un résultat de la pression démographique. [Retour]

5. Remarquons également que la croissance en Afrique n'est pas si négligeable en 20 ans, avec ou sans le facteur population (de 2 à 3 fois plus forte que celle de la France selon les cas pour le Mali). [Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Autres livres sur l'écologie
AccueilBall© 2005- Ball Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts